Créations

La géographie du danger

Pièce en Solo

Solo créé en avril 2010 au CCN de La Rochelle (17)

SOLO COUP DE POING ADAPTÉ DU ROMAN D’HAMID SKIF

Un homme a choisi l’exil et se retrouve immigré et sans papiers dans un pays qu’il ne connaît pas, confronté aux préjugés et à une langue étrangère. Autour de lui se dessine une “géographie du danger” : le monde extérieur où il peut se faire arrêter à chaque instant. Jour après jour, l’isolement physique mais aussi mental deviennent plus angoissants…
Ce solo nous parle du parcours d’un clandestin, qui vit depuis des mois terré dans une chambre de bonne, envahi par le sentiment d’enfermement, de rejet, d’isolement, de peur, d’incompréhension et d’impuissance.
Du hip-hop à la littérature, cette danse brute est un cri du corps, mettant en jeu la souffrance du proscrit qui attend et qui espère.

Caractéristiques :

Chorégraphie, mise en scène et interprétation : Hamid Ben Mahi
Assistance à la mise en scène : Hassan Razak
Environnement sonore : Benjamin Jaussaud et Sébastien Lamy
Création lumière : Antoine Auger
Scénographie : Camille Duchemin

Production : Compagnie Hors Série

Coproduction : OARA – Office Artistique Régional d’Aquitaine, CCN de La Rochelle / Poitou-Charentes, Kader Attou – Cie Accrorap dans le cadre d’une résidence en partage, TnBA – Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine, Théâtre Louis Aragon – Scène conventionnée pour la danse à Tremblay-en-France.
Avec l’aide à la diffusion d’Arcadi, de l’IDDAC et de l’ONDA, le soutien du Département de la Seine-Saint-Denis, la collaboration du Carré – Colonnes, scène conventionnée, Saint-Médard-en-Jalles-Blanquefort et la collaboration de la Place des Arts de Montréal (Québec – Canada).
L’ensemble de cette recherche est soutenu par la Caisse des Dépôts et Consignations.

Durée : 1h05
Age conseillé : Tout public à partir de 10 ans

[…] Le texte est sans pitié, glaçant, lente et immobile chute aux enfers d’un homme sans secours. La composition très électro est hypnotique, sombre, grondante. La danse d’Hamid Ben Mahi est heurtée, physique, un hip-hop âpre pour raconter les murs, le quotidien, l’envie d’envol.
Sous des lumières minutieuses et crépusculaires, l’espace est traversé de mots, voix off, ceux qu’il prononce, ceux qui sortent du poste radio. Ils ne prennent pas la place de la danse, mais s’y superposent, la complètent, la de¬vancent. Quand le récit fait silence, il persiste dans l’air et imprègne la danse tandis que les mots enfin tus laissent place à l’émotion.
La géographie du danger, c’est elle qui semble gagner la partie. Mais l’homme finit debout. Un homme qui crie même de rage est un homme vivant. On quitte de ce spectacle puissant et humaniste avec une once de dignité en plus. […]

Pianopanier.com, 23 juillet 2018 – Marie-Hélène Guérin

 

Téléchargez la revue de presse en PDF Revue de presse